Galerie

? Question de la semaine ?

L’expression « Sorties de zone » a été lancée par la québécois Daniel Blouin en intitulant ainsi son premier livre sorti en 2013. Cela signifie sortir de sa zone de connue (parfois nommée « zone de confort »). C’est lorsque le mouvement de vie nous invite à sortir de quelque chose d’habituel et connu : une activité professionnelle, un lieu de vie, une relation… et aussi une façon de vivre, un mode de fonctionnement avec soi ou avec l’autre, un mode de pensée, un paradigme, un changement de repère…

« Être sur son X »

Cette expression québécoise fait référence au fait être à l’endroit de la scène où l’on est sous les projecteurs et donc en pleine lumière. Cet emplacement est marqué un sol par de la bande adhésive formant un « X ». Cela s’apparente à trouver son IKIGAI, (IKI = Joie de vie et GAI= sa raison d’être, le « pourquoi je me lève le matin » et aussi un des facteurs de longévité dans l’archipel d’Okinawa). C’est aussi trouver sa voie, être à sa place, réussir sa vie, se réaliser pleinement, faire ce que je suis, contribuer de mon mieux à ce monde, vivre le plus créatif en moi….

N’est-ce pas là l’aspiration de chaque Être humain ?!?!

Seulement voilà, il n’existe ni recette, ni mode d’emploi généralisable ni transposable. C’est donc à chacun de le découvrir par soi-même en expérimentant.

Cela peut également résonner avec le fait de se vivre « centré », c’est-à-dire centré entre la tête et le corps, autrement dit entre le monde conceptuel du mental, des idées, des projets d’une part et le concret d’autre part, notamment celui de notre ressenti corporel. Cela revient donc également à vivre les choses par le cœur, ce point de rencontre, cette zone énergétique autant à l’écoute de la tête, de l’Âme et de l’Esprit qu’en contact avec le corps et ses besoins.

Ainsi être réellement et intensément vivant c’est être présent à l’expérimentation d’une rencontre

Quelle est la véritable force ?

Si vous êtes une femme, vous est-il déjà arrivé qu’un vendeur vous propose de vous porter quelque chose de lourd jusqu’à votre voiture? Lorsque cela m’arrive, la question qui me vient est : « Si j’avais été un client plutôt qu’une cliente, me l’aurait-il spontanément proposé? »

féminin et masculin sacré

Je vous propose ici de vous partager ce que cette question m’a conduite à explorer. Les pistes étudiées ici sont d’un plan symbolique et analogique. Cette réflexion se fait donc hors de tout de toutes considérations de genres et uniquement du point de vu ce que l’on nomme parfois le « féminin et masculin sacrés », « le Yin et le Yang »… Pour faire la distinction entre l’aspect analogique et les références aux genres sexués, j’écrirai donc Féminin et Masculin avec ces majuscules lorsqu’ils sont utilisés dans le sens « sacrés » et symboliques.

Ce constat me semble en effet être un indice intéressant sur les liens qui existent dans l’inconscient collectif entre la force et le masculin d’un côté et la faiblesse et le féminin d’un autre côté. Ce constat est d’autant plus intéressant que le Féminin est analogique avec le ressenti et que nous sommes parfois animés par la croyance que le ressenti est une marque de faiblesse.

Or dans les analogies de l’inconscient universel tel que l’a découvert Jean-Philippe Brébion, il en est tout autrement. En effet, la force est analogique avec la terre qui est le solide sur quoi nous nous appuyons et avec le Féminin. Celui-ci étant également analogique avec notre ressenti, comme il vient d’être dit plus haut, notre force est donc d’être présent-e à notre ressenti en l’expérimentant sans référence extérieure à soi. Alors que le Masculin est analogique avec le ciel et donc l’abstrait, le subtile, l’inexploré, l’inspirant et tout ce qui nous guide, anime notre volonté, le point vers lequel tend notre élan, le sens de notre vie, le focus vers lequel se concentre notre action. La force est ainsi le propre de la matière et du Féminin alors que l’inspiration, que certains appellent « Divine », le propre du Masculin.

Dans le constat du monde dans lequel nous vivons, c’est sur la terre que nous pouvons nous appuyer avec force. Une force à l’image du feu au centre de la Terre, ce feu capable de jaillir avec puissance lors de la formation d’un volcan. Une force qui soutien l’arbre profondément enraciné dans la terre. Quant au ciel, il est ce qui nous guide, que ce soit pour la navigation ou l’astrologie. Il représente notre rêve d’inexploré, notre soif d’inconnu, notre envie de nouveaux horizons, la quête de sens de l’existence…

Si d’autre part nous nous référons aux caractéristiques physiques des êtres dont la biologie à une dominance majoritairement féminin ou masculin, on constate que de manière générale, et je dis bien générale, qu’un corps masculin est biologiquement programmé pour fabriquer davantage de muscle alors qu’un corps féminin davantage de graisse afin de nourrir l’enfant qu’elle porte en gestation. Ces caractéristiques ont probablement un lien avec nos croyances amalgamant le Masculin et la force. En les abordant sous l’angle du Principe l’invitation pour l’homme de manière générale, est vivre ce qui est force en son Être, c’est-à-dire son ressenti et pour la femme c’est une invitation à être création.

Ainsi notre véritable force est d’expérimenter d’instant en instant un ressenti unique. La force c’est donc s’autoriser la vulnérabilité de laisser la parole au corps en l’ habitant pleinement, c’est se sentir libre Être en ayant pour seul référence l’expérience unique de l’instant.

En passant

Se retrouver

Il y a quelques mois de ça, j’étais totalement perdue, déconnectée du sens de ma vie, incapable de concrétiser quoi que ce soit, de choisir quelle direction prendre, quoi faire de ma vie, en perte de repères.

Après des années d’exploration de moi et de l’humain, de découvertes de concepts, de formations, d’apprentissages de techniques j’étais en incapacité de savoir quoi faire de tout ce bagage, d’y trouver ma place, de me réaliser pleinement, de savoir comment le mettre en œuvre concrètement dans ma vie, de trouver le point de convergence entre toutes ces expérimentations, de savoir quel était le sens et la spécificité de la Vie en moi, de trouver ma voie.

Alors que j’étais à l’aise avec tout un tas de notions et de théories, que je me connaissais mieux que jamais, ma réalité de vie en était toujours au même point depuis des années, comme s’il existait une sorte de conflit entre la matière et moi.

Dans ce vide intense où je me trouvais j’avais l’impression d’en être arrivée à un point où je stagnais, de butter face à un cap à franchir, d’avoir une sortie de zone à faire, un nouveau chapitre à écrire, quelque chose à réinventer. Au delà de la peur, des doutes, de l’angoisse et de la dépression latente, je ressentais un appel impérieux et profond à continuer de grandir et évoluer. J’ai alors choisi de vivre la totalité de cette expérience avec l’inconfort de l’absence de revenus, avec ce brouillard intense en permanence face à moi, avec l’absence totale d’informations sur ce que j’avais à faire de ma vie et sur ce vers quoi j’évoluais. Avec également l’enthousiasme de deviner un mouvement s’amorcer, l’intuition de la justesse de l’expérience, la confiance en quelque chose de plus grand que moi, l’évidence que le moment était venu pour autre chose de plus rayonnant et avec surtout la curiosité.

Je réalise à présent avec le recul, que cette étape consistait pour moi à descendre. Non pas dans des profondeurs obscures et sombres, non pas en enfer ni dans les gouffres de la souffrance, non tout simplement descendre dans mon ressenti, celui par lequel mon Être expérimente la Vie de façon concrète, celui qui est intriqué avec mes besoins. Comme si j’avais jusqu’ici dans ma vie, refusé le socle concret et solide qui m’était depuis toujours proposé et que je fuyais : mon humanité. Cette base existentielle dans laquelle je ne m’étais pas vraiment installée, pas suffisamment enracinée, pas réellement ancrée.

A présent j’ai la sensation de faire bien davantage « Un » avec le mouvement de la Vie, d’être davantage connectée à mon intuition, à mon Être profond, à ma propre guidance, à mon Moi supérieur, au Divin en moi, à la Source, à mon Esprit de Lumière…. Et en même temps de mieux savoir ce dont j’ai besoin et de pouvoir y faire face, de passer plus rapidement et plus efficacement à l’action. Je me sens plus libre, plus présente, plus vraie, plus Une, plus moi ! J’ai l’impression d’avoir retrouver des « bouts » de moi que j’avais abandonnés, oubliés, cachés, sacrifiés… Cette réuniance de mon être dans sa globalité, ces retrouvailles avec moi-même, ces réconciliations ont été accélérées et intensifiées par la découverte de la Spirale Étoilée. Ce processus m’a permis en me retrouvant face à moi-même, d’expérimenter davantage de centrage, d’alignement, de reliance apportant ainsi plus de fluidité, plus de merveilles, plus de magie à ma vie.

Si tu as toi aussi besoin de te retrouver, de recontacter ton intuition, ton inspiration, de savoir te fier à toi même, de retrouver ce en quoi tu crois, de pouvoir laisser émerger tes aspirations spontanées, de vivre ton plein rayonnement, de passer à l’action concrètement je serai ravie de t’accompagner au cours de ce magnifique processus dont m’a fait cadeau la Vie et qui se nomme la Spirale Étoilée.