Galerie

? Question de la semaine ?

Publicité

« Être sur son X »

Cette expression québécoise fait référence au fait être à l’endroit de la scène où l’on est sous les projecteurs et donc en pleine lumière. Cet emplacement est marqué un sol par de la bande adhésive formant un « X ». Cela s’apparente à trouver son IKIGAI, (IKI = Joie de vie et GAI= sa raison d’être, le « pourquoi je me lève le matin » et aussi un des facteurs de longévité dans l’archipel d’Okinawa). C’est aussi trouver sa voie, être à sa place, réussir sa vie, se réaliser pleinement, faire ce que je suis, contribuer de mon mieux à ce monde, vivre le plus créatif en moi….

N’est-ce pas là l’aspiration de chaque Être humain ?!?!

Seulement voilà, il n’existe ni recette, ni mode d’emploi généralisable ni transposable. C’est donc à chacun de le découvrir par soi-même en expérimentant.

Cela peut également résonner avec le fait de se vivre « centré », c’est-à-dire centré entre la tête et le corps, autrement dit entre le monde conceptuel du mental, des idées, des projets d’une part et le concret d’autre part, notamment celui de notre ressenti corporel. Cela revient donc également à vivre les choses par le cœur, ce point de rencontre, cette zone énergétique autant à l’écoute de la tête, de l’Âme et de l’Esprit qu’en contact avec le corps et ses besoins.

Ainsi être réellement et intensément vivant c’est être présent à l’expérimentation d’une rencontre

Vidéo

Mon autre

Et si mon autre,
dont je suis en recherche dans les yeux et dans les bras
dont je perçois le reflet dans ce qui guide mes pas
ce que je cherche à retrouver
avec lequel je souhaite fusionner
ce jumeau, ce double, ce complément
cet autre moi qui me manque terriblement.

Et si mon autre,
qui donne un sens à ma vie
qui met en lumière mes envies
sans qui je n'existe plus
sans qui je navigue à vu
ce qui me comprend sans que j'ai à parler
ce qui me connait sans que j'ai à m'expliquer 

Cet autre qui me donne un but
et apaise ma solitude.
Cet autre qui me met en vie
et me préserve de la folie.

Cet autre 
qui dissipe ma peur
avec qui tout est lueur
Cet autre
qui fait pétiller mes yeux
avec qui tout est un jeu

Et si cet autre c'était toi, 
ma flamme
mon Âme
 
En passant

Le Bonheur ! Pour quoi faire ?

Et soudain le choc !

Celui de réaliser que j’ai passé ma vie à chercher comment être heureuse mais que je ne me suis jamais interrogée sur le « POURQUOI? »

C’est dans le dernier livre d’Aurore Rœgiers que cette phrase est venue me frapper de plein fouet : « VOUS VOUS DEMANDEZ SOUVENT, COMMENT ÊTRE HEUREUX. MAIS LA VRAIE QUESTION EST : POURQUOI ÊTRE HEUREUX? »

Quelle stupeur de réaliser que je n’avais jamais envisager les choses sous cet angle et que la réponse était loin d’être évidente.

Et si cette question là était la véritable clé du bonheur ? Que tous les « comment » étaient vains et inutiles ? Que la seule chose importante était de savoir POURQUOI nous le voulons ?!? Comme si la réponse personnelle à cette question est ce qui nous enracine dans notre bonheur, ce qui nous éclaire de l’intérieur quoi qu’il arrive !

Et vous ? Quel est ce « POURQUOI » dans lequel s’enracine votre bonheur ?

Vivre, c’est quoi?

Revenir à Soi !

Tant que l’on met l’origine de notre bonheur et de notre malheur à l’extérieur, on ne peut rencontrer et accueillir l’Être unique que nous sommes, on ne peut vivre pleinement tout le potentiel créatif de notre univers.

Je subis l’extérieur

Ce réflexe, qui consiste à chercher des causes à l’extérieur de nous même, est tellement ancré en nous, que s’installer dans la certitude que tout ne parle que de nous, nécessite une vigilance de chaque instant. Le travail du Bioanalogiste est notamment de vous accompagner dans l’apprentissage de cette vigilance.

Chaque évènement que l’on vit comme lourd ou difficile est en effet l’occasion d’aller voir nos fonctionnements de survie pour mieux les connaitre et ainsi peu à peu mieux les identifier. Cet accompagnement permet donc de revenir à Soi et d’aller rencontrer notre lumière intérieure, cette vibration unique en laquelle la vie prend forme en nous.

Passer de l’avoir à l’Être est expérimentation !

Par peur de non-existence, nous vivons cette éternelle angoisse : « qui suis-je? »

Par difficulté de vivre l’Être en nous, notre mental fabrique des objets extérieurs d’existence auquels on peut ainsi s’identifier : nos pensés, nos émotions, ce que l’on a dit ou fait, l’image que les autres ont de nous, une position professionnelle ou familiale, un groupe d’amis, un projet . . .

Se pourrait-il que la seule chose que nous ayons à faire soit de reconnaitre que ce qui nous arrive parle de nous, que tout ce qui fait notre extérieur est la matérialisation de notre intérieur, de notre Être profond, de notre « Soi » ? Et si nous avions juste à nous reconnaitre dans ces évènements de vie car ils sont notre réalisation et la mise en lumière de notre potentiel de Vie non révélé ? 

Ainsi ce que nous avons simplement à faire est de nous reconnaitre et de nous choisir ainsi, dans l’instant, au lieu de nous identifier à toutes les fabrications virtuelles du mental. C’est cela l’amour de soi, c’est cela la vie !